Marilyn Monroe, l’icône blonde

Marilyn riant à gorge déployée sur la bouche de métro, Marilyn retouchée par Andy Warhol, ou encore Marilyn assise dans un coin, vêtue d’un tutu… Personne ne peut prétendre n’avoir jamais vu ces photographies tant elles font parties de la culture collective !

Marilyn en tutu, par Greene Milton

Avant d’arriver au sommet et de marquer à tout jamais le cinéma, Marilyn n’a pas eu une histoire des plus communes. Personnage médiatique, Marilyn et son passé sont pourtant souvent mal connus. Abandonnée par sa mère, une starlette ratée d’Hollywood instable psychologiquement et accro aux médicaments (qui par la suite a été internée pour une grave dépression) Norma Jeane a été élevée par une famille d’accueil, puis a été promenée entre l’orphelinat de Los Angeles et d’autres familles… La solution la plus simple pour sortir de cette instabilité semblait être le mariage, et à l’âge de 16 ans, Norma Jeane saute le pas avec un de ses voisins.

Son mariage ne durera pas, car elle est vite remarquée par un photographe pour ses courbes généreuses et sa beauté hors du commun. C’est tout naturellement qu’elle se tourne vers une agence de mannequins pour espérer débuter une carrière d’actrice. Elle est très vite relookée à la mode de l’époque : cheveux décolorés et mise en plis. Dénigrée par les studios à cause de son aspect « blonde-potiche » elle arrive pourtant à se faire une place.

Marilyn sous son voile, "La dernière séance"Dès le début, et même avant qu’elle ne se perfectionne en prenant des cours du soir, Norma Jeane ne se contente pas de jouer ses personnages, elle les incarne véritablement, elle répète jusqu’à s’évanouir, elle n’est plus elle-même mais devient son personnage. Ainsi naquit… Marilyn Monroe. Les studios ont décidé de lui faire changer son nom, pour qu’il soit plus glamour qu’un banal « Norma » : il fallait un nom qui roucoule, qui en jette. La voilà rebaptisée. Pour Norma Jeane, Marilyn Monroe n’a été tout au long de sa vie qu’un rôle de plus, un rôle à incarner, une autre partie d’elle-même.

En plus de parfaire son jeu cinématographique, Marilyn se cultive en autodidacte et lit énormément. Sa collègue Jane Russel résume très bien la personnalité de Marilyn : “She was very shy and very sweet and far more intelligent than people gave her credit for.” (Elle était très timide, et adorable, et beaucoup plus intelligente que les gens le donnaient à croire.)

Le film « Clash by night» lui apporte la consécration en 1952, alors qu’elle n’a même pas le rôle principal. Son Marily, en beauté et en sourirejeu est résolument moderne et intense, elle éclipse tous les autres acteurs. A peine un an après, sa notoriété explose avec « Les hommes préfèrent les blondes », où elle se prend aussi à chanter. C’est la consécration. Elle est même invitée à se produire devant les Marines américains en Corée, concert qui reste encore mythique de nos jours. « Certains l’aiment chaud » en 1959 sera son dernier grand succès. Son mariage avec l’écrivain New-Yorkais Arthur Miller est en péril, et Marilyn devient de plus en plus fragile psychologiquement et physiquement. Les circonstances de sa mort, à l’âge de 36 ans, resteront toujours floues, elles seront mystifiées pour toujours à cause des histoires avec la famille Kennedy, qu’il est inutile de répéter, mais c’est bien dans sa vie et non dans sa mort que Marilyn Monroe est devenue un véritable mythe, une icône intergénérationnelle.

couv-marylin1Certains l'aiment chaud"Blonde", roman biographique passionnant de Joyce Carol Oates