Simone Veil, la politicienne militante

Simone VeilA mon avis, il n’y a pas de figure politique plus forte que Simone Veil, pendant la deuxième moitié du XXème siècle, en France. Il est peut-être nécessaire d’effectuer un petit retour dans le temps avant de présenter ses actions politiques…

Simone Veil, née Jacob, est l’une des 6 enfants d’une famille niçoise juive. La famille s’installe en sécurité chez un oncle à Montpellier, dès le début de la guerre, en 1940. Malheureusement, dès leur retour à Nice, un membre de la famille est arrêté par les SS. Après un malheureux concours de circonstance, tous sont retrouvés et envoyés en camp : Simone, une de ses sœurs, et sa mère sont déportées à Auschwitz, tandis que sa sœur ainée, entrée dans la résistance lyonnaise, est retrouvée un peu plus tard et déportée à  Ravensbrück. Elles n’eurent plus de nouvelles de leur père et de leur frère ainé, envoyés en Lituanie. Le destin de la famille Jacob s’inscrit dans l’histoire tragique de la seconde guerre mondiale, où seuls 4 des enfants survivront.

C’est de cet héritage terrible dont Simone Veil tire sa force. Érudite, elle s’inscrit à la faculté de droit, où elle rencontre son mari. Elle devient magistrate jusqu’en 1974, où elle abandonne ses fonctions pour se rapprocher peu à peu de la sphère politique. Elle devient proche de Valérie Giscard D’Estaing, dont elle devient Ministre de la Santé. Elle militait déjà à l’époque pour la légalisation de l’avortement en France, d’une façon plus confidentielle, mais le Président l’avait remarquée. Il lui accorde donc ce poste car il soutient cette mesure qui est pour lui  un véritable bond des droits de la femme. A l’époque, l’avortement était totalement illégal et pratiqué de façon clandestine, ce qui entrainait de très gros dangers pour les femmes n’ayant pas les moyens de se faire avorter à l’étranger. L’avortement était tabou, pratiqué dans des conditions extrêmes… Certains médecins français acceptaient clandestinement d’avorter, au risque d’être puni par la loi et d’être interdits de pratiquer…

Simone VeilSimone Veil, depuis toujours militante pour que les femmes aient le droit de disposer librement de leur corps, fait face à de nombreuses oppositions, très violentes. Devant l’Assemblée Nationale, elle se fait railler et reçoit même des insultes antisémites. Il faut dire qu’à l’époque, l’Assemblée était constituée principalement d’hommes, conservateurs et machistes… (qui a dit que c’était encore le cas aujourd’hui ?!). Elle arrive cependant, avec l’appui du Président et de certains ministres, à faire passer la “Loi Veil”, autorisant l’avortement, en 1975. La Loi Neuwirth, de 1967 avait déjà ouvert la porte à une libéralisation de la contraception (interdite en 1920), mais Simone Veil milite pour son remboursement intégral et sans conditions par la Sécurité Sociale, en 1976.

Sans tomber dans un pathos exagéré, il ne faut pas oublier aujourd’hui les combats que certaines femmes, dont Simone Veil, ont mené tambour battant pour le droit des femmes, et leurs droits fondamentaux : celui de disposer de leur corps… Il faudra encore de nombreuses années pour que l’avortement soit un peu plus accepté, mais encore aujourd’hui, ce droit n’est pas acquis et est régulièrement mis en danger, même en France…

Une vie, la biographie de Simone VeilLa Shoah, coécrit par Simone VeilUn DVD "biographie" actualisé