Mère Teresa, une missionnaire de la charité

Le seul cliché d'AgnèsIl me semble que tout le monde connaît le nom et quelques unes des nombreuses actions de cette bienfaitrice religieuse… et médiatisée. Cependant, malgré les nombreuses biographies, la vie de Mère Teresa reste toujours aussi mystérieuse pour bon nombre d’entre nous, y compris les spécialistes !

Née à l’aube du XXème siècle en Albanie, Mère Teresa, alors prénommée Anjezë (Agnès), doit vite fuir le pays avec sa famille, pour s’installer en Macédoine afin d’être en sécurité (son père étant impliqué en politique, il avait peur de représailles). Il est difficile de savoir si c’est lors de ce premier départ qu’elle acquiert le goût du voyage, mais aussi loin que remontent les traces historiques, Mère Teresa semble toujours avoir manifesté le souhait de visiter le monde, et surtout celui d’aller en Inde. Élevée dans la foi catholique par sa mère, après le décès de son père, Agnès est convaincue très tôt par les actions des missionnaires dans le monde entier. Elle est persuadée, dès l’âge de 12 ans, que sa vie sera ainsi faite. C’est donc à 18 ans qu’elle rejoint un couvent catholique Irlandais, avant de prendre la mer un an plus tard pour enfin accoster en Inde…

Jeune et encore une sœur inexpérimentée, elle gagne cependant très vite la confiance de ses sœurs supérieures en enseignant la géographie aux enfants de Darjeeling. C’est durant cette période épanouissante spirituellement qu’elle prononce ses vœux et qu’elle choisit le nom et la protection de Thérèse de Lisieux, Sainte Patronne des missionnaires. Sa vie est plutôt paisible jusqu’au début des années 40, où elle est frappée et désolée par la pauvreté de plus en plus accrue dans les faubourgs de Calcutta. La grande famine de 1943, ainsi que les violences religieuses de 1946 augmentent tragiquement le nombre de morts, de malades, et de laissés pour compte. La ville est dans un état d’abandon, de désespoir et d’effroi qu’elle n’a jamais connu auparavant. Mère Teresa a alors une révélation, qu’elle appellera plus tard “L’appel dans l’appel” : elle doit quitter la retraite de son couvent et aider les pauvres et les malades. C’était pour elle un ordre venant de Dieu. Elle part donc s’installer dans les bidonvilles de Calcutta, avec quelques autres sœurs. Elle adopte son célèbre sari blanc bordé de bleu et la nationalité indienne, à l’âge de 36 ans. Elle crée la congrégation des “Missionnaires de la Charité” et une nouvelle vie commence pour elle…

Mère TeresaLe grand mystère de sa vie demeure dans sa Foi. Peu de gens le savent de son vivant, mais Mère Teresa doutait très fortement de l’existence de Dieu, déjà 50 ans avant son décès. Accablée par la misère du monde, elle ne comprenait pas, et pensait ne pas avoir la Foi…

Très critiquée dans les années 70 pour certaines de ses vues perçues comme extrêmes, et aussi parce que pour certains elle se contentait seulement d’aider les gens à rester en vie et n’agissait pas sur les causes profondes de la pauvreté, Mère Teresa devint un personnage médiatique et respecté pour la majorité. En 60 ans, les Missionnaires de la Charité sont passés d’une petite congrégation de 13 personnes à une “super entreprise de charité” de près de 4000 nonnes dans le monde entier ! Elle obtint le prix Nobel de la Paix en 1979. Mère Teresa est sans contexte l’une des figures les plus marquantes du XXème siècle.

Ecrits intimes de Mère Teresa"Libre de croire"

Tags: