Lady Ada Lovelace, la première geek

Un des seuls clichés de lady Ada Lovelace Byron jeuneLady Lovelace, bien née, puisque seule fille légitime de Lord Byron, n’est pas une femme commune. On imagine peu une femme du monde s’intéresser à la mécanique, et encore moins au début du 19ème siècle. Ada Lovelace était un génie des mathématiques, elle se distrayait en écrivant des algorithmes ! Ada a été élevée par sa mère, qui s’était enfuie du domicile familiale lorsqu’elle est née. Elle n’a jamais eu aucun contact avec son père, qui en plus avec quitté le continent européen. Elle ne le revit jamais jusqu’à sa mort, à ses 10 ans.

La petite Ada était très fragile et tombait malade sans arrêt, ce qui lui a valu une année entière alitée. Elle ne cessa cependant jamais pas de suivre son instruction et développa très jeune un goût pour les sciences dures. On dit que sa mère voulait l’éloigner du monde des lettres auquel son père appartenait, pour ne pas développer les mêmes “tares” que lui. A 17 ans, Ada était déjà décrite comme une figure innovatrice des mathématiques, par son professeur, un éminent scientifique. Cependant, en la décrivant de cette façon, on pourrait imaginer Ada comme un rat de laboratoire…

Que nenni ! Très sociable et surtout très belle, elle participait à de nombreux bals, où elle charmait de nombreux membres de la gente masculine… La belle Lady Ada Lovelace ByronElle jeta son dévolu sur William King, avec qui elle se maria l’année d’après, en 1835. Sa relation épistolaire avec le grand scientifique Charles Babbage se poursuivit; il ne cessa pas de l’admirer et de la louer. Babbage était le grand spécialiste et l’inventeur de la “Machine analytique”, la première calculatrice et considérée comme le premier ordinateur moderne. Ada était donc à bonne école… Ils travaillèrent tous les deux à l’élaboration des algorithmes, mais aussi à la mécanique de la machine : les cartes perforées (l’équivalent des logiciels), le magasin capable de stocker les nombres…

La gloire les attendait… Jusqu’au jour où le gouvernement britannique décide de se retirer du projet, ainsi que ses subventions… Possédée par le démon de la science, Ada commença à jouer pour pouvoir financer ses recherches (à moins que ce soit le démon du jeu qui la possède ?)… Elle s’endette rapidement et à 36 ans, décède d’un cancer de l’utérus, laissant ses 3 enfants derrière elle. Elle est enterrée près de son père qu’elle n’a jamais connu, selon ses derniers souhaits.

Ses travaux tombent presque aussitôt dans l’oubli, jusqu’à l’avènement de l’informatique, dans le troisième quart du 20ème siècle. Ses recherches retrouvent leurs lettres de noblesse, elle est aujourd’hui considérée comme la première informaticienne et est très populaire dans les pays anglo-saxons. Il est difficile de savoir à quel point elle a contribué à l’invention de la machine de Babbage mais une chose est certaine : Lady Ava Byron Lovelace est une immense scientifique qui mérite la reconnaissance de tous les geeks de l’univers !

Ada Lovelace, la magicienne des ordinateurs, édition en anglaisLes maths pour les nuls, un premier pas vers la connaissance d'AdaInternet pour les nuls, un indispensable